AIDE-h2gb-fr

Les compétences scolaires du XXI° siècle.

Série Éducation-2-Nouveaux savoirs, nouveaux savoirs-faire : les compétences du XXI° siècle.

//www.paristechreview.com/2015/02/10/education-21-siecle/

 

L'économie de la connaissance requiert d'enseigner aux futurs citoyens et travailleurs un ensemble rénové de compétences, en partie différent de celui développé à l'ère industrielle.

 

 

Trois blocs principaux de compétences à développer pour adapter l'enseignement à l'économie de la connaissance :

-des compétences génériques d’apprentissage,

-des compétences d’innovation et de création,

-des compétences de collaboration.

 

Des compétences génériques d’apprentissage

Le premier ensemble répond à la nécessité de savoir manœuvrer dans un monde bouleversé par la révolution de l’information et de la communication. Comme le souligne Dominique Foray, professeur à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne et auteur de L’économie de la connaissance, il nous faut réaliser à quel point l’abondance actuelle d’information est véritablement révolutionnaire. « Sans remonter jusqu’à la nuit des temps, il faut se souvenir combien il était difficile pour l’homme de se procurer les ‘instruments du savoir’. Gerbert d’Aurillac, un grand intellectuel du XIe siècle, possédait une bibliothèque qui ne comptait pas plus de vingt ouvrages », rappelle-t-il.

 

il est fondamental de savoir chercher, sélectionner, trier, évaluer et organiser l’information de manière efficace et rapide (information literacy). Comme ces informations sont d’une qualité très variable, il faut être capable de distinguer entre les différentes sources celles qui sont les plus fiables et dignes de confiance. D’où l’importance de développer l’esprit critique et d’analyse des élèves. L’objectif n’est donc plus de savoir stricto sensu mais de savoir chercher, sélectionner, analyser et critiquer le savoir ; d’avoir, comme le disait déjà Montaigne au XVIe siècle, « plutôt la tête bien faite, que bien pleine » (Les Essais, Livre I, Chapitre XXV “De l’institution des enfants”).

 

Il est devenu fondamental de savoir s’adapter à des changements rapides, et donc de développer des compétences applicables à des situations en perpétuelle évolution. « Dans l’économie de la connaissance, l’apprentissage est sans fin ce qui donne une plus grande valeur aux capacités génériques d’apprentissage par rapport à la maîtrise d’un répertoire spécifique d’aptitudes techniques », résume Dominique Foray.

 

Des compétences d’innovation et de création

Si nos systèmes scolaires ne semblent pas permettre l’épanouissement de la pensée créatrice et innovatrice mais paraissent bien au contraire l’étouffer, c’est en partie à cause de leur caractère de masse, notre organisation scolaire ayant été façonnée il y a deux siècles pour répondre aux besoins d’un modèle économique fondé sur l’industrialisation. 

 

Le biologiste François Taddei prône quant à lui le développement d’une culture du questionnement et d’expérimentation, trop absente dans nos classes où les élèves sont plus amenés à être passifs qu’actifs.

 

Le développement d’une telle culture nécessite que les apprenants n’aient plus peur de l’échec. Rien de tel que cette crainte pour paralyser un esprit. Avoir des idées nouvelles nécessite tout d’abord d’être prêt à prendre des risques et à se tromper. Ken Robinson le répète souvent : « si vous n’êtes pas prêt à vous tromper, vous ne trouverez jamais rien d’original. » Malheureusement, nos systèmes scolaires ont plutôt tendance à sanctionner l’échec. Sans rejeter en bloc les évaluations, il est évident qu’elles ne contribuent pas à rassurer les élèves sur le fait que l’échec est acceptable et même nécessaire au processus de création. Dans la même veine, nos écoles ne valorisent pas la différence. Il n’y a souvent qu’une seule et unique bonne réponse, alors que la créativité permet justement de faire émerger de nouvelles réponses à un problème, émanant peut-être d’un angle ou d’un point de vue totalement différent. Il faut sortir du conformisme et stimuler la curiosité intellectuelle.

 

Ce qui fait dire à Salman Khan qu’un enseignement efficace devrait se concentrer sur la chaîne d’association qui relie un sujet à un autre de façon transdisciplinaire. Le fondateur de la Khan Academy déplore que la génétique soit enseignée en cours de biologie et les probabilités en mathématiques, alors que la première est l’application directe de la seconde ou encore que l’algèbre soit séparée de l’analyse de la physique alors qu’elle en découle. La séparation des disciplines scolaires est jugée « artificielle » et « arbitraire ». L’école devrait apprendre à naviguer entre les différentes sphères de la connaissance.

 

Des compétences de collaboration.

 

C’est le troisième stade : l’information ayant été triée et sélectionnée, elle peut être utilisée pour former de nouvelles connaissances et apporter des solutions aux problèmes de façon bien plus efficace si ce processus se fait de manière collaborative. Dans l’économie de la connaissance, le succès ne vient pas uniquement d’individus isolés mais de communautés de travail, de réseaux. La mise en commun d’individus différents, avec des connaissances, des modes de pensée et des intelligences propres à chacun mène à un stade supérieur de la création. C’est « l’alchimie de la synergie » selon Ken Robinson, c’est-à-dire cette association des énergies créatives et de la volonté de faire le mieux possible afin de rester au niveau de ses pairs, qui amène chacun à se surpasser.

Pour François Taddei, directeur du Centre de recherche interdisciplinaire, interviewé par Paris Tech Review sur les pratiques collaboratives dans l’éducation (article à paraître), il est fondamental d’apprendre à travailler de manière collaborative le plus tôt possible.

Commentaire personnel pour susciter la discussion :

 

Article très intéressant qui montre bien le changement total de paradigme que créent la révolution numérique et l’avènement de "l'économie de la connaissance".

Mais il manque toujours l'outil et son mode d'emploi avec des exemples illustratifs pour répondre aux deux questions suivantes :

 

Comment apprendre à chercher sur internet ?

 

Comment apprendre en cherchant sur internet ?

 



17/08/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres